lundi, juin 11, 2012

Choisir son appareil photo (2) - Quelques travers des spécifications


Une fois la taille choisie, comment vais-je pouvoir différencier les appareils les uns des autres? 


Il y a un outil sur internet qui permet de comparer les spécifications techniques: dpreview ou snapsort qui donne un classement des appareils comparés en fonctions des données techniques officielles. D'après cet outil, le petit compact du moment Canon S100 serait nettement mieux que le Réflex D90 (qui commence à dater).


Il est important de se préoccuper des données suivantes, mais elles peuvent être trompeuses...


- la résolution et la définition: Bon à savoir: un appareil qui a une définition de 12MP avec des photos de 4288x2848 pixels, on parle en fait de la taille des photos en pixel, cela signifie simplement que la taille des photos est plus grande qu'avec un appareil de définition de 5 MP qui fait des photos de 2592 x 1944 pixels, pas forcément une meilleure qualité d'image. Cela a une conséquence sur la résolution maximale d'impression finale (densité de pixels). Ainsi, avec un appareil photo de 9 MP, on pourra imprimer sur feuille A4 avec une résolution de 300 dpi souvent considérée comme idoine pour l'impression d'un album photo par exemple. Il est vrai que la résolution sera meilleure que si on essaye d'imprimer une image de 5MP sur le même format A4 (200 dpi). Toutefois, avec un appareil photo de 11 MP, on pourra imprimer avec une meilleure résolution d'image de 344 dpi sur un même format, ceci dit, il n'est pas dit que l'on puisse voir à l'oeil nu les différences... Dans cas, le seul intérêt réel d'avoir une meilleure définition (plus de mégapixels), c'est de pouvoir zoomer et recardrer les images avant de les imprimer. En lisant sur internet, on apprend que pour les petits capteurs (compacts essentiellement), la course aux Megapixels (définition) peut être nuisible à la qualité de l'image car elle favoriserait l'apparition de bruit et la perte de détails. Conclusion: avant de se laisser séduire par un compact à plus de 12 MP, il faut essayer de trouver des échantillons de photos produits par les appareils en question, et avoir une idée de la taille d'impression de nos photos... Si on compte faire des tirages de 10cm x 15 cm sans recadrage, alors un appareil de 5MP fait largement l'affaire... Si on ne pense pas imprimer mais tout montrer sur internet, et bien, là, peu importe (ou presque) vu que les résolutions d'écran ne sont que de 72 ppi...







- la sensibilité ISO maximale: Critère indiquant la sensibilité du capteur photo en faible lumière. C'est intéressant pour les photos en intérieur sans flash ou photos de nuit. Malheuresement, il n'est pas aussi objectif qu'il aurait pu être. Aujourd'hui tous les appareils se targuent d'avoir des sensibilités ISO élevées. Alors que nos appareils argentiques on se contentait de pellicules ISO 800, les appareils numériques poussent les prouesses jusqu'à 6,400 ISO (D90) voire 12,800 ISO (S100).  Alors oui, cela veut dire que l'appareil voit mieux en faible lumière. Pourtant, ces jolis chiffres ne donnent pas d'information objective sur la qualité de la photo ni du "bruit" généré sur les photos. Pour y voir un peu plus clair, l'outil Studio Shot Comparison est bien pratique pour comparer la qualité des photos pour une iso donnée. Sur la photo ci-contre, on voit que le réflex D7000 et l'hybride sony Alpha Nex-5N se comportent nettement mieux à ISO 6400 que le powershot S100 ou que le Nikon P3100.



la vitesse entre prises de vues. Quoique disent les spécifications des petits appareils compacts, il n'y a rien de tel que les appareils réflex en terme de réactivité et de vitesse de prise de vue entre les photos. Les spécifications sont parfois trompeuses. Même si le DSC-WX1 (petit compact Sony d'il y a 2 ans) se targue de faire 10 photos par secondes (10 fps) alors que le D90 n'en fait que 4,5 fps, cette fabuleuse spécification n'est qu'un mirage. Car une fois les 10 photos prises, le petit compact restera absolument saturé durant quelques secondes, le temps de traiter les images, alors que le réflex sera prêt à recommencer l'exploit en un éclair. Pour l'avoir essayé, l'appareil hybride Sony Nex 5N ressemble vraiment à un mini-réflex en termes de vitesse de prises de vue. Il est bien dommage que les chiffres sur la réactivité à l'allumage (startup delay: 300ms pour le D90 contre 2400ms pour le canon S100) ou bien des critères fiables sur la vitesse entre prise de vues ne soit jamais mis en avant de manière objective. 

vendredi, mai 25, 2012

De l'entrée en bourse de Facebook: fiasco et succès?

Mise à mort du vaillant taureau
Je suis d'un oeil amusé tous les commentaires autour de l'entrée en bourse de Facebook.

Oui, l'entrée en bourse est un succès pour Facebook. Facebook a réussi à lever 100 milliards de dollars de fonds pour son business.  Du cash dans un monde où les banques ne prêtent plus et ou les Etats occidentaux (Islande, Grèce) n'honorent plus leur dette. Vous rendez-vous compte?

Il y a des gens qui ont pensé qu'investir 100 milliards (de dollars) dans Facebook valait mieux que prêter 100 milliards (d'euros) à la Grèce* à long terme et à faible coût pour lui permettre de souffler un peu.

Oui, la dévaluation du cours de l'action est un échec pour l'investisseur qui a choisi d'acheter l'action à 38$ et qui pensait faire un joli profit à court terme. Ceci dit, tout n'est peut-être pas perdu. Qui sait, peut-être que dans un mois, un an, 5 ans, 10 ans ou 20 ans, il sera possible de réaliser une plus-value?...

Facebook n'a pas à rembourser les investisseurs parce que l'entreprise n'a pas émis de "bonds" ni de dette, l'entreprise a simplement émis des actions. Il faut juste que l'équipe dirigeante prenne les bonnes décisions pour faire plus de profits, générer du cash pour les distribuer en dividendes aux actionnaires et pour que les perspectives sur la valeur de l'entreprise s'améliorent. On peut espérer que Mark Zuckerberg qui reste un des principaux actionnaires de la boîte veille à ce que ce scénario se réalise...

Le scandale, c'est bien de savoir si les banques qui ont préparé cette entrée en bourse ont artificiellement surévalué l'entreprise pour retirer des commissions plus élevées, ou ont induit en erreur volontairement leurs clients pour qu'ils se convainquent qu'acheter une action à ce prix là, c'était une aubaine ou si des informations essentielles sur le business n'avaient pas été rendues publiques.

Ici comme ailleurs, c'est la même histoire. Les conseilleurs ne sont pas les payeurs. Celui qui suit les conseils d'un "expert" sans comprendre le produit qu'il achète, comme dans l'histoire des subprimes, est-il à plaindre ou à blâmer? C'était la loi de l'offre et de la demande, si les investisseurs n'avaient pas été satisfaits du prix proposé, ils n'auraient pas payé. On ne leur avait peut-être pas dit toute la vérité, mais il ne faut pas oublier:  Investir c'est risqué et notre existence ruisselle d'incertitude.

Ce que l'expert évalue comme un risque acceptable, n'est peut-être pas ce que moi je considérerais comme un risque acceptable. Parce que le marché n'est pas parfait, parce que nous n'avons pas tous accès à la même information et que quand bien même ce serait le cas, on ne pondèrerait pas tous les risques de la même façon.



*Il me semble que la restructuration de la Grèce du printemps 2012 a consisté à annuler une centaine de milliards d'euros de dette à la Grèce sur environ 260 milliards.


jeudi, mai 24, 2012

Choisir un appareil photo (1) - Site Camerasize




Heureux celui qui n'a pas à choisir aujourd'hui son futur appareil photo, le futur bijou qu'il chouchoutera pour les 10 prochaines années (oui, 10, bon peut-être 3).  On s'y perd tant il y a de choix!
Les indications que l'on retrouve sur la plupart des brochures photos me semblent très souvent assez peu utiles. On se retrouve toujours à penser que tous les appareils sont fantastiques et qu'ils feront des miracles. De mon côté, ayant déjà un réflex, j'aimerais bien un petit appareil plus compact mais performant, pour le trimbaler avec moi... Comment vais-je pouvoir choisir?

Depuis quelques années, les réflex sont à la mode. Et pourtant, je ne conseillerais pas ce genre d'appareil à tout le monde. Aujourd'hui, beaucoup de gens pensent que le reflex c'est le Graal et qu'il n'y a que ça pour faire de belle photo. Et bien c'est faux. Ou plutôt ce n'est pas tout à fait vrai. 
D'une part, sans l'oeil du photographe, reflex ou pas, on peut prendre des photos ternes et ennuyeuses. Ceci dit, c'est vrai que dans certaines conditions, avoir un réflex permet avec les bons réglages de réussir une photo qui serait ratée en mode automatique. 
Heureusement, il y a de plus en plus d'appareils nettement moins encombrants que les réflex pour photographes dits "enthousiastes". Ces appareils offrent la liberté d'ajustements et de réglages en tout genre pour laisser libre cours à la créativité ou tout simplement sauver une photo. 
Aujourd'hui, avant de se lancer sur un réflex tête baissée, on peut donc jeter un coup d'oeil sur les compacts et hybrides du moment. 
Première étape pour choisir son appareil photo, avoir une idée de la taille que l'on espère. Avoir un petit appareil photo toujours dans sa poche ou trimbaler un réflex à toute occasion, ce n'est vraiment pas la même chose. Et pour tous les autres modèles intermédiaires que l'on ne sait jamais comparer devant son écran, il y a les sites Camera Size Compact ou Camera Size Compare, le tout sous plusieurs angles et avec les mesures, s'il-vous-plaît. 


Si aujourd'hui je devais choisir pour la taille uniquement un petit appareil photo en complément de mon D90, je choisirais certainement le minuscule hybride Pentax-Q. Le voici ci-dessous comparé aux compacts Fuji X10 et Canon S100, au réflex D90 et à l'hybride Nikon 1 V1. Ceci dit, ayant pris en main les autres appareils, en réalité n'importe lequel des compacts et hybrides de cette mini sélection arbitraire pourrait faire la faire et rentrer dans mon sac à main sans souci...  Les 4 sont donc toujours en lice. 



lundi, avril 16, 2012

Pixelsync: Classement de photos en déplacement




 De retour d'un voyage inoubliable à Istanbul déjà publié sur Facebook directement avec iPhoto-iOs. Voici venue l'heure du classement des photos pour leur présentation à la famille. À auditoire distinct, sélection distincte de photos. Me voici donc embarquée dans une nouvelle tentative de classification durable, dans un workflow maladroit incluant un iPad et un Mac. Bonjour les déceptions.

Ayant déjà les photos sur l'iPad, je les ai importées sur le Mac via Aperture sans souci (JPEG + RAW) via câble USB. Les ayant rassemblées dans un seul projet intitulé "08-Istanbul-1er avril 2012". Là, j'ai fait une classification sommaire en y ajoutant des mots clés et quelques légendes. J'ai aussi décidé de vider toutes les photos de mon iPad (surtout pour avoir de nouveau un peu d'espace libre). Le résultat, c'est que iPhoto-iOS se retrouve aussi vidé.

Étant en voyage ce week-end, j'ai voulu profiter du voyage en train pour faire la nouvelle classification pour mon nouvel auditoire. En fait, si je n'avais pas effacé les photos de l'iPad, j'aurais pu appliquer directement dans iPhoto-iOS une sélection de photos "Favorites" que j'aurai pu sélectionner manuellement pour créer un journal à partir duquel j'aurais pu faire un diaporama pour la famille... Mais c'était trop tard. Il est à noter que l'option de diaporama de iPhoto pour iOS est plus versatile que l'application de base car elle permet de faire une pause ou de passer les photos à son rythme, et elle a des options de slideshow plus sympa.

Sachant que le travail fait sur iPhoto pour iOS était inutile pour Aperture, il me fallait tout recommencer mais cette fois dans une optique d'intégration avec Aperture, j'ai donc opté pour utiliser Pixelsync (qui se limite à synchroniser avec Aperture comme source d'images). Interface agréable mais pas encore au point (lenteur de synchronisation, plusieurs tentatives nécessaires avant une synchro sans faute, l'app marche tout de même).

Bon point pour Pixelsync
Pixelsync permet d'appliquer un classement, un label ou même des mots clés et légendes aux photos. Je choisis donc les photos à montrer en leur attribuant un classement 3*/4* puis je fais une synchro iPad vers Mac. Le bon point c'est que l'application offre une option de diaporama (quoique très limitée) et une option de filtrage des photos par classement très pratique qui permet de visionner la sélection avec une résolution suffisante pour retransmettre sur une TV normale.


Épic-Fail avec Photo App et iPhoto-iOs... avec un transfert Aperture vers iPad

Une fois la synchro iPad vers Aperture-Mac réussie avec Pixelsync, j'ai souhaité ramener les photos sélectionnées vers l'iPad. Je voulais utiliser un mode de diaporama plus évolué tel que ceux proposés par iPhoto-iOS pour une projection sur TV.  Et là, c'est le drame. Sans Mac, ce n'est pas possible (sauf en sauvegardant une à une les "aperçus" dans la pellicule de l'iPad.   Je transfère l'album du Mac vers l'iPad via iTunes. Résultat: les photos apparaissent bien dans Photo App (même si quelques unes sont désordonnées). Par contre, elles sont totalement désordonnées dans iPhoto-iOS et impossible de les réordonner manuellement! Impossible de faire un diaporama chronologique acceptable (sauf en créant un journal et en faisant un "reset layout" qui recrée l'ordre qui existe dans Photo App). Conclusion: cette dernière étape bancale n'était pas nécessaire car les aperçus de Pixelsync étaient suffisamment larges pour bien les visualiser sur TV. Il ne me reste plus qu'à comprendre pourquoi les photos se retrouvaient désordonnées avec iPhoto-iOS et dans Photo App (même si c'était dans une moindre mesure).















lundi, avril 09, 2012

iPhoto pour iOS

Après quelques semaines d'utilisation de iPhoto pour iOs (ils auraient pu choisir un autre nom), voici mes conclusions:


  • iPhoto pour iOS est conçu pour être utilisé indépendamment de Aperture ou de iPhoto pour mac. Pas besoin d'avoir un Mac ou un PC pour l'utiliser. 

  • Forte de ce constat, il me semble que toute tentative de l'intégrer à un "workflow photo avec Aperture/iPhoto/Lightroom" est vouée à l'échec. D'ailleurs, j'ai essayé de garder des photos sélectionnées via iPhoto-iOs via iTunes pour les transférer ensuite sur Aperture. Résultat: les fichiers originaux avaient été renommés avec des noms "Photo-001, Photo-02". De cette manière, comment l'ordinateur peut-il reconnaître les doublons si je décide plus tard d'importer des fichiers depuis la carte mémoire?  Ou encore si je souhaite utiliser la fonction "Find Raw" de Aperture? Ce n'est clairement pas pensé pour cela! En outre, il me semble que la légende entrée dans iPhoto-iOs n'a pas été reconnue par Aperture.

  • L'iPad pourra donc être utilisé en voyage comme un outil primaire de sauvegarde de photos et de transfert vers Facebook/Journal/Twitter/Flickr. Cela suffit amplement si on n'aspire pas à se créer une base de données de l'ensemble de ses photos ou si on considère que le Cloud/les services en ligne proposés suffiront à assurer la pérennité de nos oeuvres photographiques.  Ce dont je doute. Je vois aussi qu'il n'y a pas d'option de publication d'albums non plus.
  • On remarquera que Aperture 3 ne gère pas la fonction Journal et reste coincé avec le défunt Mobile Me.

jeudi, mars 08, 2012

IPad 3eme génération

Après un peu de retard, j'ai finalement jeté un coup d'oeil sur le lancement du nouvel iPad. Honnêtement, je ne trouve pas les nouvelles fonctionalités "appétissantes" ou dignes d'intérêt pour un possesseur d'iPad2, surtout en tenant compte qu'en Espagne la technologie LTE n'est pas encore largement accessible et sera certainement hors de prix.

 Je suis donc ravie de ce lancement de produit qui ne donne pas (à mes yeux) de coup de vieux à mon vaillant iPad2. D'ailleurs, ce dernier me semble l'achat le plus sensé aujourd'hui à un prix réduit. Je remarque aussi qu'avec le Retina Display, les applications qui ont des images risquent d'être plus exigentes en terme de résolution photo, et donc de poids. Du coup, mieux vaut viser un modèle 32Go ou 64Go minimum car les 16 Go seront rapidement trop petits. Ne pas oublier les offres d'appareils restaurés en faisant bien attention au modèle disponible (il y a encore des iPads de première génération).

 Ma wish list: une meilleure batterie, un meilleur écran sans reflets au soleil (un peu comme le kindle) pour une lecture plus agréable et un appareil un poil plus léger. Ah, et une solution intégrée pour pouvoir lire les vidéos flash (on s'en fout de la technologie, des luttes intestines, on veut juste que ça marche).

lundi, février 13, 2012

À la recherche d'un étui iPad (2) - Bilan après 9 mois


Après plusieurs avoir succombé aux sirènes du marketing et plusieurs essais (coûteux) commentés dans mes deux posts antérieurs, c'est avec amusement que je les retrouve aujourd'hui. 

Finalement, j'ai choisi de combiner la Smart Cover d'Apple avec un étui Feather de Incipio, léger et agréable à tenir. Ceci dit, je ne suis pas fan de la Smart cover seule, toute autre solution de style Smartfeather ou similaire ferait aussi bien l'affaire). Sur la photo, l'étui Incipio était légèrement endommagé (après une simple traversée de l'Atlantique dans un sac de voyage), un petit morceau en moins qui rendait l'étui très instable lorsqu'utilisé sans la Smart Cover. Un incomfort qui disparaît pratiquement une fois raccroché à la Smart Cover (l'usage prévu initialement). Il lui manque juste une petite pièce magnétique qui permettrait de retenir la smart cover comme la couverture du livre/magazine rabattue vers l'arrière. Pour mon usage: 60% sofa/lit; 25% table cuisine; 15% train/avion, l'important est d'avoir un étui léger, agréable au toucher et peu encombrant.

Lorsque j'ai besoin d'un support, j'utilise un stand (surtout pour Facetime, lire des recettes en cuisinant ou pour lire en prenant le petit déjeuner). C'est bien plus pratique qu'un combi étui-stand souvent lourd et encombrnt. Deux modèles me plaisent beaucoup: le robuste stand A-Frame de Griffin (que j'utilise 100% du temps dans la position verticale pour Facetime ou lire les recettes de cuisine) pour un usage sédentaire et le Flipblade Adjust pour iPad 2 pour un usage mobile (très facile à glisser dans mon sac de voyage) et avec plusieurs angles même si la molette de changement de position ne me semble pas très pratique.

Le reste du temps, sur le sofa par exemple, un coussin fait l'affaire pour apporter un appui supplémentaire.

La question de l'accessoire clavier bluetooth doit être plus agréable pour les gros écrivains. Ma configuration me suffit pour le moment.

Sur la photo: 
Étui > Feather de Incipio
Stand > modèle Flipblade Adjust pour iPad 2. 


Posts antérieurs sur le même sujet...

mercredi, février 08, 2012

Politiquement (in)correct

La vraie surprise c'est que personne n'ait réellement réagi avant Serge Letchimy plus tôt aux remarques profondément provocatrices du ministre de l'intérieur de la République Française, très certainement jouées en vue d'une quelconque récupération politique.



La polémique sur les propos de Claude Guéant... por LCP


Le problème n'est pas que Guéant ait eu des propos "politiquement incorrects" mais plutôt que l'absence de contestation (du gouvernement en particulier) laisse entendre que les convictions du ministre sont partagées non seulement par le gouvernement et son président mais par l'ensemble du peuple pourtant pluriel qu'ils sont sensés représenter.

Le scandale, c'est que le gouvernement choisisse d'abandonner l'assemblée, lieu d'exercice de la démocratie, au lieu de répondre et de débattre dignement. Comme si, les commentaires de Serge Letchimy relevaient plus d'une insulte personnelle qu'un constat d'une dérive, ou qu'une sonnette d'alarme. Je ne pense pas que Serge Letchimy se soit laissé emporté, il s'était bien préparé et il a dit ce qu'il fallait. Je pense qu'il a représenté comme il se fallait non seulement la Martinique  et les Antilles, mais tous ceux qui se sont sentis choqués et indiqués par l'affirmation de Guéant selon laquelle "toutes les civilisations ne se valent pas" (et toutes les implications qui peuvent en découler).

Cela voudrait-il dire qu'aucune critique n'est permise? Je trouve cette attitude du gouvernement et de ces députés qui ont hué le député martiniquais dès lors que Guéant a été mentionné, avant même qu'il ne développe son argumentation (ni ne mentionne les camps de concentrations), honteuse et regrettable.

Laissons parler les urnes.

mardi, janvier 17, 2012

Deux jours à Madrid. Typique et gourmand


Si vous voulez passer un long week-end à Madrid, choisissez jeudi, vendredi, samedi avec un départ dimanche soir. Surtout, évitez le lundi, jour où les musées sont fermés! Évitez aussi les jours fériés espagnols pour les mêmes raisons, en plus, vous ne pourrez pas vivre l'effervescence des rues espagnoles si tout le monde est en vacance ou en train de se reposer. Le site touristique de référence es Es Madrid.

 Commençons par une petite visite au Musée du Prado pour voir les tableaux de Velazquez et de Goya. Outre les tableaux, l'édifice du Prado en lui même est digne de visite. 

 
La culture, ça épuise, alors, s'il fait beau, pourquoi ne pas passer par le parc du Retiro et faire un petit tour en barque? Une petite sieste sur le gazon près du palais de crystal.

La visite peut continuer par le quartier de Huertas, Barrio de pas Letras, pour grignoter. S'arrêter au Maceiras, bar gallego (de la région de Galice) pour les croquettes de fromage Tetilla et autres fruits de mer. En lettres dorées sont inscrites des citations d'auteurs espagnols. Pourquoi ne pas en profiter pour visiter (gratuitement) la maison de Lope de Vega (il faut réserver) et essayer de retenir le prix auquel cet écrivain de renom acheta cette masure il y a bientôt 5 siècles.  Remonter la rue Huertas et faire une pause en buvant un verre sur une terrasse de la place Santa Ana avant de s'arrêter sur la Plaza Mayor (sans passer par la case tapas parce qu'il paraît qu'elles y sont hors de prix et pas bonnes). 

Ensuite, descendre vers le marché San Miguel juste pour voir comment il a été rénové. Pas besoin d'essayer d'y manger quelque chose, il y aura foule, puis continuer vers la cathédrale de l'Almudena et le Palais Royal.  Encore un petit effort et on peut rejoindre le Temple de Debod pour le coucher du soleil, en passant devant la Plaza de España avec son célèbre Don Quichotte. Le dîner? Pourquoi ne pas aller dîner dans un restaurant basque comme la Sidrería Doností pas trop loin? ou sinon, dans les parkings de la Plaza de España manger sur le pouce un repas chinois?

Ou encore retourner vers Huertas ou la Puerta del Sol pour aller manger des tapas à l'Alhambra ou la Descubierta (cuisine ouverte jusqu'après minuit!). Pour des spécialités franco-espagnoles, le Ptit Bar près d'Atocha peut faire aussi l'affaire. Il est aussi possible d'aller voir un spectacle de Flamenco dans un tablao de Flamenco (par exemple El Corral de la Moreria plus classique et cher, près de l'Almudena ou au Clan). Les amateurs de Jazz iront au Bogui Jazz (10€) à Chueca ou au Popul'art (gratuit) à Huertas. 

Ensuite, sortir à la Sala Sol sur Gran Vía, ou dans un des bars de Huertas (La Comedia pour du RnB) jusqu'au bout de la nuit? Un petit creux à 4 heures du matin? Il paraît que la Chocolateria San Gines est ouverte à toute heure et sert Churros et chocolat chaud. 

Le lendemain, après quelques heures de repos, si l'option d'un brunch au Café Oliver paraît trop standard, pourquoi ne pas s'attarder au Rastro, le marché aux puces de Madrid pour y faire des petites emplettes? Ensuite, l'arrêt tapas à la Latina est incontournable. Almendro 13, La taberna de los Lucios, La taberna de Alatriste, Txirimiri, sont quelques un des bars du quartiers que nous avons déjà testé. Il y en a d'autres que j'adore mais dont j'oublie le nom...Bien évidemment, pour le dessert, on s'arrêtera au Déclic (bondé, évidemment) pour prendre une part de gâteau et un thé ou un mojito, au choix...

Il me semble, qu'à partir de mars les corridas de Las Ventas reprennent le dimanche pour les curieux. Âmes sensibles s'abstenir ou choisir une Novillada. Ensuite, pour manger une queue de taureau (rabo de toro), j'aime bien les rations de la Vinoteca La Imperial du marché San Anton (ouvert tous les jours) ou sinon, la version au miel d'un resto un peu chic au restaurant Oter Épicur (fermé le dimanche) du quartier chic Salamanca.



  


mardi, janvier 03, 2012

"Mais tatie, l'école ne sert à rien!"

Qu'est-ce que je peux bien répondre à ce petit bout'chou qui me regarde l'air taquin?

Elle n'attend pas ma réponse et continue de plus belle: "avec Internet, Facebook et Dora l'exploratrice, l'école ça ne sert à rien".

Internet. Elle part avec un bon point. Le savoir semble à une portée de click avec internet (encore faut-il que Internet fonctionne). Pourquoi passer des heures à essayer de retenir qui était Eratosthène, ce que c'est un oued ou encore le nom de la capitale de la Hongrie? Google et Wikipedia se chargent de tout.

Facebook. Je ne suis pas trop sûre du rôle que Facebook joue dans cette conversation, mais bon, peut-être voulait-elle dire que Facebook assurait le lien social donc plus besoin de l'école de rester en contact avec ses amis. Mais au fait, qui compose tes amis sur Facebook, ce ne sont pas des copains d'école par hasard?

Dora l'exploratrice? Je suis déjà has-been, qu'est-ce que c'est que Dora l'Exploratrice? (note pour plus tard, vérifier sur YouTube). Apparemment, ce dessin animé donnerait des notions d'anglais bien plus efficaces que les cours dispensés par l'Éducation Nationale. Et puis, elle a déjà voyagé dans pays anglophones, cette petite, on l'ennuie à vouloir l'obliger à conjuguer correctement le verbe "To be".

Elle a peut-etre un peu raison dans le fond. Alors, qu'est-ce qui ne va pas? Peut-être sont-ce ses parents qui n'ont pas réussi à faire comprendre à cette petite à quoi sert l'école? ou bien est-ce l'école qui n'a pas évolué pour tenir compte des nouvelles technologies? ou bien, est-ce son professeur qui est incompétent? Peut-être suis-je la dupe qui étouffait ma créativité et mon moi à écouter  religieusement mses professeurs?

L'école, ça sert à se faire des amis. C'est comme ça qu'on commence à se faire une place dans la société, tout commence dans la cour de récréation et dans le monde des grands, ce n'est pas si différent. Mais bon, l'école est aussi sensée donner des valeurs communes, une culture commune. Ce n'est pas par hasard si mes amis espagnols ne pensent pas à la pièce de Corneille et à sa fameuse litote "Va, Je ne te hais point" si je leur parle du Cid mais ils pensent plutôt au poème "El Cantar de mio Cid". Inutile aussi de leur parler de la Princesse de Clèves comme un exemple de l'amour courtois, ce n'était pas à leur programme. Quant au Mèdecin Malgré lui, ils le connaissent surtout comme une pièce de l'espagnol Moratin (El Médico a palos). Certes, on leur aura mentionné que l'oeuvre originale était de Molière, mais bon, ce n'est pas la première chose qui leur vient à l'esprit.

Finalement, l'école est aussi sensée nous donner depuis le plus jeune âge une boîte à outils qui nous permettra d'aiguiser notre esprit critique et de aider au quotidien tout au long de notre vie. Mais est-ce qu'elle y réussit? On apprend bien à fabriquer du savon au lycée, alors pourquoi on ne recycle pas nous même nos vieilles huiles avec un peu de soude pour créer un agent nettoyant bien pratique et économique?

Et puis, si la génération d'aujourd'hui ne va pas à l'école, qui va jeter les bases de notre futur? le site qui remplacera Facebook? La produit qui remplacera l'iPad? et avec un accent un peu plus sérieux, qui découvrira la solution contre le cancer ou la future source d'énergie propre? qui fabriquera les moteurs du futur? Pour le moment, ce n'est pas à l'ordre du jour de ce bout'chou. Un jour, peut-être, elle se rendra compte à quoi aurait pu lui servir l'école.  Et puis, avoir une éducation aujourd'hui, ça lui permettra d'être indépendante demain.

Pour le moment, peu lui importent mes objections. Finalement, à ses yeux,  je ne suis qu'une tatie, une pseudo adulte, c'est-à-dire, que je ne comprends rien à rien et je ne fais pas figure d'autorité contrairement à ses parents. Je suis simplement là pour sourire béatement et apporter des cadeaux de temps en temps... Pour elle, l'école ne sert à rien, un point c'est tout.

PS: Bonne année 2012