dimanche, mai 29, 2011

Du superflu

J'ai vu le film Bébés de Alain Chabat.

Je le recommande chaudement. Le documentaire suit l'évolution de 4 bébés à San Francisco, au Japon, en Mongolie et en Namibie. On peut voir comment dans ces différents environnements, se développent les bébés. Il est très amusant de voir combien aux Etats-Unis ou aux Japon, les enfants restent dans un univers asceptisé et comment leurs parents s'évertuent à les stimuler via jeux, accessoires ou autres activités alors qu'en Namibie et Mongolie, les enfants semblent plus ou moins livrés à eux-même et réagissent aux nombreux stimulis inhérents à leur environnement, avec une intervention parentale beaucoup plus en arrière plan. Pas de névrose parce que le petit mange de la terre, que le chien lèche sa bouche ou qu'un coq de combat se promène à deux pas de lui.

Le doculentaire montre simplement que malgré toutes ces différences d'univers, les enfants grandissent bel et bien, certes, à des rythmes un peu différents. Posant la question de l'intérêt réel de tous ces artefacts superflus et d'un potentiel excès de mesures de "sécurité" que nous utilisons aujourd'hui dans notre vie de tous les jours. Sur ce dernier point, je ne peux que penser à l'exemple des normes européennes qui cherchent à nous empêcher d'acheter notre poisson frais à Bellefontaine ou nos légumes au bord de la route à Rivière Salée... Alors qu'il y a des années qu'on le fait et que ça fonctionne bien, ¿non?

2 commentaires:

Antonio Correas a dit…

Pour moi, ces artifacts sont vraiment des émulations imparfaites de la réalité. Pas de comparaison à te faire lâcher le visage par un chien... xD

Jolie, l'image!

Juani a dit…

Je voulais simplement dire qu'on tombe souvent dans l'excès de précautions, de mesures, etc, ce qui peut souvent aller à l'encontre de petit plaisir (comme courir pied nu dans l'herbe...). Bien sûr, le film ne raconte pas les différences entre les taux de mortalité ou de survie des bébés dans ces différents pays... Ce qui est un élément pertinent aussi...