lundi, juillet 18, 2011

Suivre à la trace notre vie numérique...

Vidéos de surveillance au bord du lac

Inspiré de l'article "Your digital Debris is haunting you". En partant de l'histoire d'un député américain (Anthony Weiner) qui aurait partagé des Tweets indélicats avec de jeunes femmes (pas son épouse), tweets qui auraient été plus tard publiés au grand jour, l'auteur rappelle combien nos traces numériques échappent de notre contrôle. Tout ce que l'on met sur internet, les tweets, les messages facebook, les photos, les posts sur les blogs, sont publics et persistants. Un commentaire une fois écrit et partagé, reste indélébile ou presque dans les méandres du numérique. Une fois effacé par vos soins, soit il restera sur les serveurs des hébergeurs d'internet, soit il peut être copiée par cette connaissance (ou cet inconnu qui y aura eu accès l'espace d'un instant) et pourra être réutilisé au moment opportun (auprès d'un employeur par exemple), au moment où on l'y attendra le moins.

Quand on était petit, on avait les conseils des parents: "fait attention à ce que tu dis", "parle correctement", "ne dis pas ça en public"... Ils sont tout aussi valides aujourd'hui, et même plus d'ailleurs, vu la persistance des déclarations numériques... On ne peut vraiment plus parler de paroles en l'air.

J'ai deux blogs que j'alimente de manière erratique, deux identités Twitter (Itya972 et Juanita972 - l'une pour suivre les gens que je connais et l'autre pour suivre la quantité énorme d'info des gens que je ne connais pas...il faudra peut-être que je lise l'aide de Twitter un jour), un Facebook, un Flickr, un G+ (mode découverte), un Delicious (que je ne vais pas renouveler après la vente par Yahoo), un compte ReaditLater, un compte Instapaper, 4 ou 5 adresses emails en usage (et combien d'autres oubliées et peut-être désactivées)... Entretenir une vie numérique consomme énormément de temps, est nettement moins gratifiant que la vie sociale normale (à moins de trouver son public ou d'être déjà une célébrité, on reçoit très peu de feedback, commentaires et les échanges restent souvent superficiels) et un tant soit peu plus risqué côté traçabilité.

Alors, pourquoi s'entêter à maintenir une vie numérique?? Pourquoi s'y lancer?

Aucun commentaire: