mercredi, février 16, 2011

Vulnerability...

Grâce à Colleen, je suis tombée sur cette vidéo de Brenée Brown, "chercheuse et conteuse d'histoire" qui m'a fait réfléchir un peu.

Durant cette conférence, Brenée raconte comment, après des années de recherche, elle est arrivée à la conclusion qu'être capable d'accepter sa vulnérabilité sans faux-fuyants permettait de vivre pleinement chaque moment de notre existence et d'embrasser le bonheur et "le sentiment d'appartenance".

Les exemples de situation de vulnérabilité qu'elle cite sont nombreux: avoir peur de se lancer dans une nouvelle relation dont on ne sait pas si elle va marcher ou pas à l'avance, craindre d'être viré, crainte d'avoir à virer quelqu'un, avoir à demander de l'aide, attendre la réponse d'un médecin au sujet d'une maladie. Elle conclut: "Nous vivons dans un monde de vulnérabilité et nous avons tendance à chercher à ne plus ressentir les sentiments pénibles, mais cela fait que l'on ne ressent plus non plus pleinement ni la joie, ni le bonheur, et finalement, on se sent vulnérable et misérable." Elle invite à chercher pourquoi et comment on chercher à anesthésier la vulnérabilité: on essaye de rendre l'incertain certain, on cherche à tout perfectionner et on prétend que ce qu'on dit n'affecte pas les autres.  Être parent ce n'est pas répéter à un enfant qu'il est parfait ni essayer de le rendre parfait, c'est l'éduquer pour qu'il sache que même si la vie n'est pas facile et même s'il devra faire face et résoudre de nombreux problèmes dans sa vie, il mérite d'être aimé pour ce qu'il est. 

Et elle conclut qu'il faut pratiquer la gratitude, aimer de tout son coeur même sans garantie, accepter le fait que nous sommes ce que nous sommes, et que cela suffit largement, c'est le "I am enough". Elle conclut humblement "That's all I have".

J'ai beaucoup aimé sa manière de raconter son histoire. J'ai envie d'y croire, au moins sur le plan personnel, puis j'aimerais savoir comment l'appliquer sur le plan professionnel.

Finalement, être capable de dire "je ne sais pas", ou de poser une question a priori stupide en public, c'est aussi montrer à l'autre qu'on ne se croit pas supérieur à lui, et que finalement chacun peut apporter sa pierre à l'édifice.

Voici le lien: http://www.ted.com/talks/brene_brown_on_vulnerability.html

3 commentaires:

olga a dit…

Je viens de regarder la video de Brenee Brown que tu avais poste. C'est exactement ca. C'est mon annee derniere. C'est mon "stop being perfect" dit le jour de mon dernier anniversaire. C'est exactement ce que je vis. Et voir que je ne suis pas seule a avoir ce mode de vivre, ca donne encore plus du courage dont elle parle. Une petite revelation d'aujoud'hui. Merci!

Juani a dit…

Je ne suis pas sûre qu'elle le dise au sens où tu l'entends.

Pour moi, son "Stop being perfect", c'est plus un: "arrête de te mortifier/complexer à cause de tes défauts ou tes erreurs; ce n'est pas la peine de te mentir à toi-même et aux autres pour qu'ils puissent t'apprécier telle que tu es".

J'imagine que chacun y trouve la force qu'il a besoin d'y puiser...

Merci pour ton commentaire.

Lite Strabo a dit…

Tout à fait d'accord. Je suis vulnerable, et suis heureux! :)