mardi, janvier 17, 2012

Deux jours à Madrid. Typique et gourmand


Si vous voulez passer un long week-end à Madrid, choisissez jeudi, vendredi, samedi avec un départ dimanche soir. Surtout, évitez le lundi, jour où les musées sont fermés! Évitez aussi les jours fériés espagnols pour les mêmes raisons, en plus, vous ne pourrez pas vivre l'effervescence des rues espagnoles si tout le monde est en vacance ou en train de se reposer. Le site touristique de référence es Es Madrid.

 Commençons par une petite visite au Musée du Prado pour voir les tableaux de Velazquez et de Goya. Outre les tableaux, l'édifice du Prado en lui même est digne de visite. 

 
La culture, ça épuise, alors, s'il fait beau, pourquoi ne pas passer par le parc du Retiro et faire un petit tour en barque? Une petite sieste sur le gazon près du palais de crystal.

La visite peut continuer par le quartier de Huertas, Barrio de pas Letras, pour grignoter. S'arrêter au Maceiras, bar gallego (de la région de Galice) pour les croquettes de fromage Tetilla et autres fruits de mer. En lettres dorées sont inscrites des citations d'auteurs espagnols. Pourquoi ne pas en profiter pour visiter (gratuitement) la maison de Lope de Vega (il faut réserver) et essayer de retenir le prix auquel cet écrivain de renom acheta cette masure il y a bientôt 5 siècles.  Remonter la rue Huertas et faire une pause en buvant un verre sur une terrasse de la place Santa Ana avant de s'arrêter sur la Plaza Mayor (sans passer par la case tapas parce qu'il paraît qu'elles y sont hors de prix et pas bonnes). 

Ensuite, descendre vers le marché San Miguel juste pour voir comment il a été rénové. Pas besoin d'essayer d'y manger quelque chose, il y aura foule, puis continuer vers la cathédrale de l'Almudena et le Palais Royal.  Encore un petit effort et on peut rejoindre le Temple de Debod pour le coucher du soleil, en passant devant la Plaza de España avec son célèbre Don Quichotte. Le dîner? Pourquoi ne pas aller dîner dans un restaurant basque comme la Sidrería Doností pas trop loin? ou sinon, dans les parkings de la Plaza de España manger sur le pouce un repas chinois?

Ou encore retourner vers Huertas ou la Puerta del Sol pour aller manger des tapas à l'Alhambra ou la Descubierta (cuisine ouverte jusqu'après minuit!). Pour des spécialités franco-espagnoles, le Ptit Bar près d'Atocha peut faire aussi l'affaire. Il est aussi possible d'aller voir un spectacle de Flamenco dans un tablao de Flamenco (par exemple El Corral de la Moreria plus classique et cher, près de l'Almudena ou au Clan). Les amateurs de Jazz iront au Bogui Jazz (10€) à Chueca ou au Popul'art (gratuit) à Huertas. 

Ensuite, sortir à la Sala Sol sur Gran Vía, ou dans un des bars de Huertas (La Comedia pour du RnB) jusqu'au bout de la nuit? Un petit creux à 4 heures du matin? Il paraît que la Chocolateria San Gines est ouverte à toute heure et sert Churros et chocolat chaud. 

Le lendemain, après quelques heures de repos, si l'option d'un brunch au Café Oliver paraît trop standard, pourquoi ne pas s'attarder au Rastro, le marché aux puces de Madrid pour y faire des petites emplettes? Ensuite, l'arrêt tapas à la Latina est incontournable. Almendro 13, La taberna de los Lucios, La taberna de Alatriste, Txirimiri, sont quelques un des bars du quartiers que nous avons déjà testé. Il y en a d'autres que j'adore mais dont j'oublie le nom...Bien évidemment, pour le dessert, on s'arrêtera au Déclic (bondé, évidemment) pour prendre une part de gâteau et un thé ou un mojito, au choix...

Il me semble, qu'à partir de mars les corridas de Las Ventas reprennent le dimanche pour les curieux. Âmes sensibles s'abstenir ou choisir une Novillada. Ensuite, pour manger une queue de taureau (rabo de toro), j'aime bien les rations de la Vinoteca La Imperial du marché San Anton (ouvert tous les jours) ou sinon, la version au miel d'un resto un peu chic au restaurant Oter Épicur (fermé le dimanche) du quartier chic Salamanca.



  


mardi, janvier 03, 2012

"Mais tatie, l'école ne sert à rien!"

Qu'est-ce que je peux bien répondre à ce petit bout'chou qui me regarde l'air taquin?

Elle n'attend pas ma réponse et continue de plus belle: "avec Internet, Facebook et Dora l'exploratrice, l'école ça ne sert à rien".

Internet. Elle part avec un bon point. Le savoir semble à une portée de click avec internet (encore faut-il que Internet fonctionne). Pourquoi passer des heures à essayer de retenir qui était Eratosthène, ce que c'est un oued ou encore le nom de la capitale de la Hongrie? Google et Wikipedia se chargent de tout.

Facebook. Je ne suis pas trop sûre du rôle que Facebook joue dans cette conversation, mais bon, peut-être voulait-elle dire que Facebook assurait le lien social donc plus besoin de l'école de rester en contact avec ses amis. Mais au fait, qui compose tes amis sur Facebook, ce ne sont pas des copains d'école par hasard?

Dora l'exploratrice? Je suis déjà has-been, qu'est-ce que c'est que Dora l'Exploratrice? (note pour plus tard, vérifier sur YouTube). Apparemment, ce dessin animé donnerait des notions d'anglais bien plus efficaces que les cours dispensés par l'Éducation Nationale. Et puis, elle a déjà voyagé dans pays anglophones, cette petite, on l'ennuie à vouloir l'obliger à conjuguer correctement le verbe "To be".

Elle a peut-etre un peu raison dans le fond. Alors, qu'est-ce qui ne va pas? Peut-être sont-ce ses parents qui n'ont pas réussi à faire comprendre à cette petite à quoi sert l'école? ou bien est-ce l'école qui n'a pas évolué pour tenir compte des nouvelles technologies? ou bien, est-ce son professeur qui est incompétent? Peut-être suis-je la dupe qui étouffait ma créativité et mon moi à écouter  religieusement mses professeurs?

L'école, ça sert à se faire des amis. C'est comme ça qu'on commence à se faire une place dans la société, tout commence dans la cour de récréation et dans le monde des grands, ce n'est pas si différent. Mais bon, l'école est aussi sensée donner des valeurs communes, une culture commune. Ce n'est pas par hasard si mes amis espagnols ne pensent pas à la pièce de Corneille et à sa fameuse litote "Va, Je ne te hais point" si je leur parle du Cid mais ils pensent plutôt au poème "El Cantar de mio Cid". Inutile aussi de leur parler de la Princesse de Clèves comme un exemple de l'amour courtois, ce n'était pas à leur programme. Quant au Mèdecin Malgré lui, ils le connaissent surtout comme une pièce de l'espagnol Moratin (El Médico a palos). Certes, on leur aura mentionné que l'oeuvre originale était de Molière, mais bon, ce n'est pas la première chose qui leur vient à l'esprit.

Finalement, l'école est aussi sensée nous donner depuis le plus jeune âge une boîte à outils qui nous permettra d'aiguiser notre esprit critique et de aider au quotidien tout au long de notre vie. Mais est-ce qu'elle y réussit? On apprend bien à fabriquer du savon au lycée, alors pourquoi on ne recycle pas nous même nos vieilles huiles avec un peu de soude pour créer un agent nettoyant bien pratique et économique?

Et puis, si la génération d'aujourd'hui ne va pas à l'école, qui va jeter les bases de notre futur? le site qui remplacera Facebook? La produit qui remplacera l'iPad? et avec un accent un peu plus sérieux, qui découvrira la solution contre le cancer ou la future source d'énergie propre? qui fabriquera les moteurs du futur? Pour le moment, ce n'est pas à l'ordre du jour de ce bout'chou. Un jour, peut-être, elle se rendra compte à quoi aurait pu lui servir l'école.  Et puis, avoir une éducation aujourd'hui, ça lui permettra d'être indépendante demain.

Pour le moment, peu lui importent mes objections. Finalement, à ses yeux,  je ne suis qu'une tatie, une pseudo adulte, c'est-à-dire, que je ne comprends rien à rien et je ne fais pas figure d'autorité contrairement à ses parents. Je suis simplement là pour sourire béatement et apporter des cadeaux de temps en temps... Pour elle, l'école ne sert à rien, un point c'est tout.

PS: Bonne année 2012